L’Initiative "4 pour 1000" en quelques mots

L’initiative internationale "4 pour 1000", lancée par la France le 1er décembre 2015 lors de la COP 21, consiste à fédérer tous les acteurs volontaires du public et du privé (États, collectivités, entreprises, organisations professionnelles, ONG, établissements de la recherche,…) dans le cadre du Plan d'action Lima-Paris.

En s’appuyant sur de solides bases scientifiques et des actions concrètes sur le terrain, l’initiative "4 pour 1000" montre que l’agriculture, et en particulier les sols agricoles, peuvent jouer un rôle crucial pour la sécurité alimentaire et le changement climatique.

La forte valeur ajoutée de l’Initiative "4 pour 1000"

L’initiative "4 pour 1000" doit permettre de développer des actions concrètes sur le terrain qui bénéficient aux agriculteurs et éleveurs, premiers concernés par la dégradation des terres, et plus largement à l'ensemble de la population mondiale.

Il s’agit d’une initiative multi-partenariale construite autour de deux grands volets d’actions :

  1. Un programme d'actions multi-acteurs, étatiques et non-étatiques, pour une meilleure gestion du carbone des sols afin de lutter contre la pauvreté et l'insécurité alimentaire, tout en contribuant à l'adaptation au changement climatique et à l'atténuation des émissions
  2. Un programme international de recherche et de coopération scientifique

La gouvernance de l’Initiative "4 pour 1000"

L’Initiative internationale "4 pour 1000"a été lancé le 1er décembre 2015 par Stéphane Le Foll, alors Ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, à l’occasion de la COP21 qui s’est tenue à Paris.

Agriculteurs, acteurs économiques, collectivités territoriales et Etats se sont alors mobilisés auprès des chercheurs autour de cette initiative inscrite à l’agenda des solutions lors de la COP21 à Paris.

Le succès du "4 pour 1000" s’est confirmé à la COP22 : rassembler société civile, pays, fonds et organisations internationales autour d’une table était une gageure. En rassembler 200 autour de la question des sols et de l’agriculture, une victoire !

On en parle sur : http://agriculture.gouv.fr/le-succes-du-4-pour-1000-la-cop22

La gouvernance de l'initiative "4 pour 1000" a été lancée à Marrakech et marque un engagement fort des partenaires ! 

Lors de la COP22, 80 des 200 signataires ont souhaité faire partie du consortium, afin de prendre collectivement les décisions notamment sur les orientations, les objectifs du programme de travail, le budget et définir les indicateurs de suivi et d'évaluation des projets.

Aujourd’hui, ce sont 110 organisations partenaires (structures à but non lucratif ni commercial) qui ont rejoint le Consortium et participent ainsi à la prise de décision.

S’engager pour l’initiative "4 pour 1000"

L’Initiative internationale "4 pour 1 000", a été lancée le 1er décembre 2015 pendant la COP21. Depuis son lancement, plus de 250 organisations ont déjà apporté leur soutien à l'initiative en signant la déclaration de Paris qui en fixe les objectifs.

110 de ces organisations partenaires sont membres du Consortium de l’initiative "4 pour 1 000" et participent ainsi à la prise de décision.

Deux conditions sont nécessaires pour devenir membre du Consortium et participer à la prise de décision :

  • L’organisation ne doit pas être à but lucratif ni commercial
  • Une personne habilitée à représenter la structure doit signer la Déclaration d’Intention pour devenir membre (cf infra)

Le Comité Scientifique et Technique de l'Initiative

L’Initiative "4 pour 1 000" a constitué un Comité Scientifique et Technique fort, pour guider les projets avec 14 experts scientifiques de renom. Le Comité Scientifique et Technique a été installé le 17 novembre 2016 en vue de donner les orientations du programme de recherche, apporter des conseils techniques aux projets de terrain et définir un référentiel d'évaluation des projets et des indicateurs de suivi.

Consultez la biographie des membres du CST et son rôle

Le rôle de la Recherche dans l'Initiative "4 pour 1000"

L’initiative "4 pour 1 000" est multi-partenariale et construite autour de 2 grands volets :

  1. Un programme d'actions multi-acteurs, étatiques et non-étatiques, pour une meilleure gestion du carbone des sols afin de lutter contre la pauvreté et l'insécurité alimentaire, tout en contribuant à l'adaptation au changement climatique et à l'atténuation des émissions
  2. Et un programme international de recherche et de coopération scientifique – Le carbone dans les sols : un enjeu de sécurité alimentaire portant sur quatre questions scientifiques complémentaires :
  • l'étude des mécanismes et l'estimation du potentiel de stockage du carbone dans les sols selon les régions et les systèmes
  • l’évaluation des performances des pratiques agricoles vertueuses et de leurs conséquences sur la séquestration et sur les autres services de production et de régulation
  • l’accompagnement des innovations et leur stimulation par des politiques adéquates
  • le suivi, la notification et la vérification des résultats (MRV- measuring, reporting and vérification), en particulier à destination des agriculteurs.

Les acteurs de la recherche, notamment à l'international, peuvent développer les quatre volets décrits ci-dessus de manière coordonnée :

  • connaissance des stocks de carbone des sols et potentiels de stockage
  • impacts des pratiques agricoles et forestières sur le stockage de carbone dans les sols
  • méthodes de suivi de la séquestration de carbone dans les sols
  • diffusion de bonnes pratiques.

Les acteurs de la recherche s’engagent aussi à :

  • Appuyer une Initiative internationale sur les sols avec un triple objectif "gagnant-gagnant-gagnant"
  • Proposer des modes de production mettant en valeur le potentiel des végétaux comme mécanisme de captage et de stockage du carbone atmosphérique
  • Lutter contre la dégradation des terres tout en ayant un impact positif sur la sécurité alimentaire
  • Reconnaître que les sols sont vitaux pour la vie sur terre et que les sols vivants préservent la biodiversité
  • S'inspirer et apprendre des pratiques culturales traditionnelles faisant une place de choix aux arbres au cœur de la production agricole, comme dans les systèmes agroforestiers
  • Relever le défi scientifique d'une meilleure connaissance du stockage du carbone dans les sols, stockage aux multiples effets bénéfiques, afin de mieux maitriser les facteurs favorables à ce stockage et l'équilibre entre les nutriments
  • Profiter du savoir scientifique pour élaborer de nouveaux systèmes de production sachant s'inspirer de pratiques traditionnelles pour accroître le stockage du carbone dans les sols
  • S'atteler au défi de l'élaboration de méthodes de mesures et d'évaluation des quantités de carbone stockées dans les sols et ce à moindre coût
  • Mobiliser les parties-prenantes pour les inciter à prendre des actions pour préserver les sols en faveur de la sécurité alimentaire et du climat
  • Choisir de transmettre et promouvoir des savoirs et des pratiques en faveur de l'agro-écologie

Témoignages de chercheurs

Jean-François SOUSSANA (FRANCE)
Directeur Scientifique Environnement de l'INRA, Vice-Président Comité Scientifique et Technique du 4 pour 1000.

Claire CHENU (FRANCE)
Professeur de sciences du sol chez AgroParisTech (Biologie, agronomie, sciences de l'alimentation et de l'environnement), chercheur À l'INRA (Institut national français d'agronomie) pendant 20 ans, Vice-Présidente Comité Scientifique et Technique du 4 pour 1000.

Cornelia RUMPEL (ALLEMAGNE)
Chercheur au Centre National de Recherche Scientifique (CNRS) - Institut d'écologie et sciences environnementales de Paris, Vice-Présidente Comité Scientifique et Technique du 4 pour 1000.

Rattan LAL (USA)
Distinguished University Professor of Soil Science, Director, Carbon, The Ohio State University, Colombus, Ohio, USA.

Comment contribuer ?

Les acteurs de cette initiative s’engagent à ce que, grâce à leurs actions, un maximum de sols agricoles bénéficie de pratiques permettant de maintenir ou d’améliorer leur teneur en carbone ou de préserver les sols riches en carbone.

Chaque acteur qui prend des engagements en signant la Déclaration d’Intention commune devra préciser quel objectif il se fixe, quel type d’actions il met en œuvre selon quel calendrier et avec quelles ressources.

 

L'initiative "4 pour 1000" : les sols pour la sécurité alimentaire et le climat» répond pleinement aux objectifs de l'Accord de Paris (décembre 2015) :

  • En participant aux enjeux d’adaptation et en contribuant à préserver la sécurité alimentaire grâce, notamment, à l'amélioration de la fertilité des sols, des rendements agricoles et de la qualité nutritionnelle des produits agricoles
  • En participant à l'objectif de limiter le réchauffement en deçà de 2°C, et si possible à 1,5°C, et à l'objectif de long terme de neutralité des émissions d'origine anthropique (tous gaz confondus) dans la deuxième partie du siècle
  • En développant des pratiques, des techniques et des politiques, appuyées sur les connaissances scientifiques les plus récentes, pour aider les pays à atteindre les objectifs qu'ils se sont fixés dans le cadre de leurs contributions déterminées au niveau national
  • En apportant, notamment aux bailleurs de fonds, des garanties scientifiques sur l'impact des projets soumis à leur financement, mais également à la société civile sur les impacts environnementaux, sociaux et économiques.

L'initiative "4 pour 1000" est cohérente avec de nombreux objectifs de développement durable (septembre 2015) :

  • ODD 1 et 2 (alimentation nutritive et de qualité accessible à tous),
  • ODD 3 (réduction de l'utilisation d'intrants potentiellement dangereux pour la santé,
  • mais aussi ODD 7, ODD 8, ODD 12, ODD 13, ODD 14 et 15.

L'initiative "4 pour 1000" répond à tous les critères du «Global climate action agenda» :

  • transformationnelle
  • apportant des livrables concrets
  • réplicable
  • innovante
  • aidant à la mise en œuvre des NDC
  • inclusive.

Concrètement, comment faire pour s’engager ?

Suivez le lien ici :

Ils se sont déjà engagés !